Note périmétrique II : des prunus en moins dans la rue

mardi 6 avril 2021 :: perrick :: Quarantaine 2021 :: aucun commentaire :: aucun trackback

Drôle de réveil ce matin : alors que la rue est souvent très calme, elle vrombissait dès 8h. Les élagueurs sont au travail. Plusieurs prunus qui ont eu du mal à tenir les rafales de l'hiver doivent être coupés, couchés et débités.

Prunus à l'agonie - Lambersart
Prunus à l'agonie - Lambersart
Prunus à l'agonie - Lambersart
Prunus à l'agonie - Lambersart
Prunus à l'agonie - Lambersart
Prunus à l'agonie - Lambersart
Prunus à l'agonie - Lambersart

Nous aurons donc eu tout juste le temps de profiter de ces sakuras une dernière fois : le mélange de pétales roses et de sciure fraîche confirme que la saison du hanami venait de se terminer.

Note périmétrique I : Lambersart comme collection de lotissements

lundi 5 avril 2021 :: perrick :: Quarantaine 2021 :: aucun commentaire :: aucun trackback

Lambersart serait une ville de la banlieue lilloise. Je dis serait parce qu'il s'agit plutôt d'une collection de lotissements, un patchwork urbain où chaque quartier a été grignoté successivement sur des terrains agricoles. Préservé de l'industrie qui l'entourait (plutôt située à Lomme ou à Saint-André-lez-Lille), le bourg lambersartois n'a pas encore acquis la patine de l'empilement qui vient avec les âges.

Vous y avez donc le choix entre le lotissement années 1890 - 1920 (avec ses maisons "1930") du Canon d'Or, héritières du tramway.

Maisons loties entre 1890 et 1925 - Lambersart
Maisons loties entre 1890 et 1925 - Lambersart
Maisons loties entre 1890 et 1925 - Lambersart

Ou celui des années 1950 quand la voiture commence à prendre ses aises, avec des maisons encore mitoyennes.

Logements '1950' - Lambersart
Logements '1950' - Lambersart
Logements '1950' - Lambersart
Logements '1950' - Lambersart

Un peu plus tard, la grande bifurcation des années 1960. D'un côté, les grandes tours du Pacot-Vandracq : face à l'urgence du logement et aux grosses machines de la modernité planifiée, la ville a perdu, la voiture s'installe au rez-de-chaussée.

Immeubles - Lambersart
Immeubles - Lambersart
Immeubles - Lambersart

De l'autre, les maisons se détachent avec le même résultat : le garage prend de l'importance, l'alignement sur la rue se perd. Le charme de la ville ne s'y installera pas non plus avant longtemps.

Maisons 'Twins' - Lambersart
Maisons 'Twins' - Lambersart
Maisons 'Twins' - Lambersart

Reste l'aboutissement de la fin du XXe siècle : la rue en raquette de tennis avec ses pavillons individuels sur carré de pelouse.

Pavillons individuels - Lambersart
Pavillons individuels - Lambersart
Pavillons individuels - Lambersart

Ironie de l'histoire, c'est le syndicat d'initiatives de la commune qui s'est installé à l'entrée de ce lotissement, grapillé sur le domaine du château Bonte. Reste à vérifier d'ici un siècle si ces petites maisons de briques auront l'intérêt des touristes.

Pavillons individuels - Lambersart
Pavillons individuels - Lambersart