Journal d’une quarantaine : vendredi 3 avril 2020

vendredi 3 avril 2020 :: perrick :: Quarantaine 2020 :: aucun commentaire :: aucun trackback

J'ai découvert par hasard que mes emails personnels n'avaient pas été téléchargés depuis le 26 mars : un problème de mot de passe visiblement. Dans la précipitation, je ne m'étais pas inquiété outre mesure de recevoir si peu de sollicitations ces derniers jours. Quelle erreur ! Dans le lot, il y avait 19 messages en provenance de l'école pour les plannings de Madeleine et les activités de Gisèle (heureusement que Peggy est en copie), 18 du club d'aïkido avec le code pour accéder à la visio-conférence de taïso (le pad fait très bien son office), 13 d'une association écologiste qui s'écharpe sur le protocole à suivre pour gérer tout de suite la crise sanitaire et au plus vite la crise climatique, plus ceux de la famille et des amis. Et aussi la confirmation de mon inscription à Covidnet.fr, un projet de recherche né de la volonté d’adapter GrippeNet.fr au contexte actuel d’épidémie de COVID-19.

Chat Mi et Boule de poils

Peggy a proposé aux filles de se déguiser et de se maquiller pour l'apéro du soir. Après l'emballement et la joie, est venu le temps de grosses larmes : dans l'effervescence de la soirée, elles se sont rendu compte que 20h était déjà passé. Et qu'il n'y aurait pas d'applaudissements costumés. Il faudra recommencer.

Une amie infirmière, anciennement en réanimation, était volontaire depuis plus de 15 jours : elle partira soigner la semaine prochaine, depuis le temps qu'elle l'attendait. Visiblement les questions administratives ont finies par être résolues. Heureusement qu'ils sont là ces soignants.

L'initiative pour la réutilisation des masques après désinfection que j'avais évoquée lundi est remontée dans mon lecteur RSS : visiblement son concepteur est en train de passer par le Conseil d'Etat pour accélérer au maximum la procédure. A croire que notre administration gouvernementale n'a pas encore compris que les bonnes idées circulaient aussi sur les réseaux. Et qu'il y avait vraiment urgence : une autre amie, couturière experte, s'est vu proposée de venir coudre des blouses directement à l'hôpital de Tourcoing. Elle a décliné et fera plutôt son lot de 50 masques à la maison.

En France, il y avait 64338 cas confirmés, 6507 décès et 14008 guérisons. Et notre boucher-traiteur de quartier qui tire la langue devant son magasin pendant son marathon quotidien - au boulot dès 6h du matin, ouverture à 9h et fermeture à 13h de la boutique, puis débauche à 17h30 après avoir préparer les commandes pour le lendemain matin - pour maintenir son activité alors que 70% de son chiffre d'affaires (la partie "réception") ont déjà disparu.

Vos commentaires et/ou trackbacks

Aucun commentaire, ni de trackback pour le moment.

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.