Social Media is a Major Cause of the Mental Illness Epidemic in Teen Girls. Here's The Evidence.

mardi 28 février 2023 :: perrick :: Notes :: aucun commentaire :: aucun trackback

Avec une fille qui entrera au collège en septembre dans 6 mois, je me retrouve à mon tour dans la position peu enviable de gérer ses attentes liées au téléphone portable : entre pressions sociale (avec des copines déjà équipées), familiale (avec une maman qui promet l'option de la facilité via le dumb phone) et sororale (avec la seconde qui se verrait bien exiger l'égalité du haut de ses 6 ans), le premier allié était l'institution scolaire. Par une circulaire, la directrice nous a déjà rappelé que le téléphone portable était tout simplement interdit à l'école (puis au collège d'ailleurs). Un deuxième allié se profilait sous la forme d'études montrant une simple corrélation entre l'utilisation des réseaux sociaux et les troubles psychologiques chez les jeunes filles.

Des travaux académiques plus récents sur ce sujet polémique pointent désormais vers ce qu'on craignait : en faisant une exploration fine des études et des méta-études, Jon Haidt, professeur à NYU-Stern, montre qu'il ne s'agit plus d'une corrélation mais bien d'une cause.

The Collaborative Review doc that Jean Twenge, Zach Rausch and I have put together collects more than a hundred correlational, longitudinal, and experimental studies, on both sides of the question. Taken as a whole, it shows strong and clear evidence of causation, not just correlation. There are surely other contributing causes, but the Collaborative Review doc points strongly to this conclusion: Social Media is a Major Cause of the Mental Illness Epidemic in Teen Girls.

Il va falloir retourner au charbon...

Lambersart, à vendre

mardi 7 février 2023 :: perrick :: Espace urbain :: aucun commentaire :: aucun trackback

La première maison que nous avions ciblée à Lambersart était partie avant que nous ne la visitions : elle avait passée moins de 24h sur Le Bon Coin.

La maison que nous avons finalement achetée était la propriété de connaissances : elle aura permis de montrer la force des liens faibles. Comme ses consoeurs de l'époque, elle n'arborait pas de signe distinctif avant qu'on puisse y déceler un panneau "vendu".

Mais ça, c'était dans le monde d'avant...

À vendre - Lille
À vendre - Lille
À vendre - Lille
À vendre - Lille
À vendre - Lille

Les taux ont augmentés, le crédit s'est tendu et des panneaux qu'on n'avait pas vu depuis une dizaine d'années fleurissent.

Du CSS en 2023 : entre incongruités et grid

mardi 17 janvier 2023 :: perrick :: CSS :: aucun commentaire :: aucun trackback

Il y a bien longtemps, j’étais webmaster : c’était au bon vieux temps de Netscape 3. Le CSS n’existait pas encore et je m’extasiais devant des colonnes colorés de 1px de large. Depuis ce métier a explosé, éclaté par de multiples spécialités (pour le contenu, l’interface, l’interaction, l’intégration, le développement, l’hébergement, et j’en oublie sûrement). Et le mien est devenu « développeur back-end ».

À l’occasion d’un nouveau projet chez No Parking, je me suis laissé tenté par l’intégration d’un design « from scratch ». Cela n’arrive pas si souvent qu’on re-découvre ses premiers amours.

Wumet.com - friend and collegue

J’ai donc déterré à nouveaux frais les joyeuses incongruités du CSS : la plus belle aura été un box-sizing: border-box; à mettre sur les balises input - sans que ce soit nécessaires sur les select - pour préserver l’harmonie des largeurs.

Mais j’ai aussi découvert l’avancée majeure que constitue la grille CSS et son guide complet. Il existe enfin un mécanisme pour faire des gabarits solides et élégants. On le doit non pas au GAFAM mais à Bloomberg et à Igalia : le premier avait des problèmes de mise en page et des sous, l’autre des compétences à vendre. Quel bonheur de découvrir au passage que ce dernier est une coopérative espagnole, capable de rivaliser avec Google, Apple ou Mozilla ! Et ça fait plus de 20 ans que ça dure.

La santé par le sport pour les grands-parents

jeudi 29 décembre 2022 :: perrick :: Connexe(s) :: aucun commentaire :: aucun trackback

Je connaissais Daniel Lieberman via un excellent livre Born to Run dans lequel est relatée sa thèse : la niche écologique de l’espèce Homo tient dans ses capacités d’endurance (et non dans sa force comme les autres primates et nombre d’autres carnivores). Je le découvre à nouveau dans un podcast en train de faire l’éloge de l’exercice pour les grands-parents, source première de santé à ces âges de post-reproduction.

Forcément dans un de ses derniers opus The Metaverse is Not a Place, Tim O’Reilly dévoile en filigrane sa propre routine pour tenir cette forme : avec sa femme, il rejoint une amie tous les jours via Zoom et Peloton pour 45 d’entraînement. Un autre de ces pionniers de la Silicon Valley - Stewart Brand - file régulièrement en salle de fitness pour des sessions de CrossFit (à 80 ans passés). Idem encore pour un Nassim Nicholas Taleb qui après avoir transformé son physique par les poids libres, pratique désormais assidûment le vélo.

Sans que les uns se soient forcément concertés avec les autres, la concordance m’a fait sourire et dévoile une autre facette de cette Silicon Valley, toujours si prompte à créer des interactions entre chercheurs, innovateurs et expérimentateurs. Cela tombe bien, le monde vieillit à vitesse grand V. On va en avoir besoin...

J'ai enfin replanté des arbres

mardi 6 décembre 2022 :: perrick :: Ecologie :: aucun commentaire :: aucun trackback

Après avoir planté mon premier arbre quelque part au beau milieu des années 1980 sur la place devant l'école avec mes camarades de classe, il était plus que temps de m'y remettre. Un verger en Haute-Marne aura servi de terrain d'expérimentation.

Tout avait commencé par une visite chez un pépiniériste : j'ai plusieurs dizaines de variétés disponibles voici le catalogue, je vous laisse choisir... Et après avoir longuement réfléchi sur les caractéristiques possibles pour les pommes (petite ou grosse ? acidulée ou sucrée ? jaune ou rouge ? cidre ou tarte ? etc.), j'ai opté pour des Bellereines : normalement elles sont synchrones avec la Toussaint. D'ici quelques années et si le changement climatique ne les bousculent pas trop, les premières pommes devraient donc se coordonner avec des résidents secondaires à la campagne.

Planter des arbres, automne 2022
Planter des arbres, automne 2022
Planter des arbres, automne 2022
Planter des arbres, automne 2022
Planter des arbres, automne 2022
Planter des arbres, automne 2022
Planter des arbres, automne 2022
Planter des arbres, automne 2022

J'ai aussi planté un pêcher pour les aoûtiens : ce seront des "Carman". Les voisins n'ont pas eu trop de succès de leur côté : je fais le pari que la proximité d'un mur en pierres et l'inéluctabilité du réchauffement climatique augmentent les probabilités que des pêches arrivent en forme (c'est à dire "d'une forme arrondie, grosse et dissymétrique, avec une peau duveteuse, moyennement coloré de jaune, rose tendre et rouge, à la chair blanche, non-adhérente au noyau, tendre, juteuse, bonne, très sucrée et au goût particulier") au milieu de l'été.

Planter des arbres, automne 2022
Planter des arbres, automne 2022

Pour ne pas s'arrêter en si bon chemin, nous avons aussi récolté des glands du côté de la maison. Après le test de l'eau - on écarte les glands qui coulent - et un premier séjour au frigo dans de la terre humide et riche, on s'émerveille devant les racines qui grandissent dans l'eau.

Planter des arbres, automne 2022
Planter des arbres, automne 2022
Planter des arbres, automne 2022

Tant dis que Dame Nature nous offre un de ces jolis pieds de nez dont elle a le secret : dans la haie, un chêne s'était installé depuis un ou deux ans à l'insu de notre plein gré. Et il a décidé que cette année, il était assez fort pour se dévoiler à nos yeux et se montrer sous son plus bel atour... À moins que ce soit simplement par jalousie de ses confrères bien au chaud dans les 19° de la cuisine.

Planter des arbres, automne 2022
Planter des arbres, automne 2022
Planter des arbres, automne 2022

Huit bouquins lus, la trentième-deuxième vague

vendredi 25 novembre 2022 :: perrick :: Livres :: aucun commentaire :: aucun trackback
  1. The Toyota Way of Dantotsu Radical Quality Improvement de Sadao Nomura
    La recette de la qualité est assez simple :
    1. mesurer les défauts aux différentes étapes de la production
    2. se fixer des objectifs pour les diminuer
    3. mettre en place un tableau pour suivre les écarts entres le poins 1. et 2.
    4. faire ce qu’il faut pour que ça converge
    Cette quatrième étape est la plus mystérieuse : elle dépend tellement du contexte, à la fois managériale, technique et financier, qu’on a tôt fait de la survoler. La magie du Lean (surtout quand il est poussé à l’extrême, ce que Dantotsu implique) tient dans la poursuite de l’effort. Tout le monde est capable de donner un coup de collier pour un instant. Mais pour tenir dans le temps, la ténacité - et le plaisir - dans les routines est indispensable. Sadao Nomura partage quelques recettes qu’il a utilisé chez Toyota Logistics & Forklift : planning des visites préparé bien à l’avance, formations dispensées régulièrement, asaichi (réunion du matin) précoce pour les réclamations, etc. Une lecture technique stimulante mais réservée aux praticiens confirmés ou industriels. livres.onpk.net
  2. Où sont-elles de Emmanuel Todd
    Que la place des femmes ait profondément changé depuis un siècle, difficile de le contester. Du droit de vote à l’avortement, plusieurs générations de féministes ont fait bouger des lignes. Mais dans cet ouvrage, Emmanuel Todd montre aussi que les dépassement éducatif a déjà eu lieu, et il y a fort longtemps : en 1968 déjà, il y avait plus de bachelières que de bacheliers. En 2018, « pour trouver un tranche d’âge dans laquelle plus d’hommes que de femmes avaient fait des études supérieures longues il faut remonter aux 55-64 ans, avec 14,5% d’hommes et 12,1 de femmes ». Autrement dit, en 2022, nous ne sommes plus très loin d’une majorité de femmes dans toutes les tranches d’âge en activités. Et de fait, j’ai dans mon entourage un nombre conséquent de couples où Madame a fait plus d’études que Monsieur, et régulièrement c’est Madame qui gagne le plus. Ce constat de départ - peu relayé dans nos médias et finalement invisible - ouvre des perspectives à contre-courant sur les questions d’homophobie, de désindustrialisation, de bisexualité : le XXIe siècle ne serait-il pas déjà féminin ? livres.onpk.net
  3. La logique floue de Bernadette Bouchon-Meunier
    J’étais ressorti emballé d’une conférence de Zyed Zalila sur l’intérêt de la logique floue dans le cadre d’une « intelligence artificielle de confiance ». Mes années de mathématiques sont bien loin mais la perspective d’y goûter un peu m’a conduit jusqu’à l’exploration de ce Que sais-je. Et si j’avais oublié qu’un livre de maths ne peut se lire qu’avec un papier et un crayon, je souhaite longue vie à celles et ceux qui réussissent à appliquer ces techniques dans leur quotidien : la promesse de résoudre tous les problèmes dans lesquels on dispose de connaissances imprécises, vagues, soumises à des incertitudes de nature non probabiliste est bigrement alléchante. livres.onpk.net
  4. Welcome problems, find success de Kiyoshi "Nate" Furuta
    Rechercher activement les problèmes est peut-être la phase la plus déstabilisante d’une démarche Lean. Entre la peur du messager et la hantise de la vulnérabilité, les écueils sont nombreux. Il s’agit pourtant de la phase initiale, le fameux Find de la Stratégie Lean. Ki yoshi "Nate" Furuta a travaillé pour Toyota aussi bien aux Etats-Unis qu’en Europe, donc loin des bases japonaises pétries de kaizen depuis des dizaines d’années : il propose dans cet ouvrage un témoignage éclairant sur l’accueil des problèmes. D’abord parce qu’il ne vient pas des équipes industrielles ou de production : son service initiale est la Direction des Ressources Humaines, une fonction qu’on n’évoque que rarement dans la littérature Lean et qui est pourtant cruciale quand on souhaite développer les gens. Ensuite parce qu’il évoque aussi (et peut-être surtout) ses propres problèmes, nous permettant ainsi de le suivre dans ses explorations de résolution : « no problem, no kaizen ». livres.onpk.net
  5. Âme brisée de Akira Mizubayashi
    Voyager dans le temps et l’espace grâce à la musique : quel beau programme pour ce petit roman tout en délicatesse. Une très belle histoire où la beauté de la langue apaise des destins troublés, où musique, instrument et luthier s’unissent pour faire vivre la poésie. livres.onpk.net
  6. Gabriële de Anne et Claire Berest
    Les autrices font remonter à la surface une femme libre et indépendante, muse d’une époque (celle de l’avant-garde et des Années Folles) et femme d’une peintre (Picabia). Avec beaucoup de grâce et de méticulosité, on est plongé dans ce Paris des paillettes et de la quête irrésistible du renouveau artistique où se mêlent tant de grands noms (Picasso, Appolinaire, Duchamp, etc.). Mais c’est aussi une arrière-grand-mère qui se cache derrière ce prénom : le récit s’installe en fin de chapitre dans l’intime et le personnel et offre un point de vue décalé sur cette vie hétérodoxe, entre pudeur et détachement. Un joli contraste avec le magnétisme évident de l’aïeule. livres.onpk.net
  7. Raise the bar de Michael Ballé, Nicolas Chartier, Guillaume Paoli et Regis Medina
    Lancée en fanfare à 19,30 euros, l’action d’Aramis Auto perd peu à peu du terrain depuis (4,68 euros au25/11/2022) : entre temps il y a eu la crise du Covid, celle des semi-conducteurs et celle de l’énergie. Une période difficile pour toute l’industrie automobile. Il n’en reste pas moins que la croissance jusqu’à l’IPO a été significative et désormais cette histoire entrepreneuriale se retrouve dans un livre. Véritable collection de découvertes et d’inspirations, des retours en arrière et d’idées fausses, de percées éblouissantes et de brèches laborieuses, il se distille à chaque relecture. J’ai retenu en particulier l’utilisation des OKR. Chez Google (leur inventeur), ces « Objectives & Key Results » permettent de définir des objectifs ambitieux et de suivre les progrès. Chez Aramis Auto, ils étaient devenus un moyen de commenter les hauts et les bas et d’entendre périodiquement « on fera mieux la prochaine fois » ou « il faut travailler plus dur ». Il reviendra au sensei de rendre visible le processus pour révéler les problèmes et à l’équipe de traiter chaque écart entre la vraie vie ™ et le résultat promis par ce même processus. Découvrant au passage les points de connaissance qui marquent un processus maitrisé. Là où la moyenne (ou la tête de Pareto avec ses fameux 80/20) masque les points durs, le pièce à pièce implique de se donner les moyen de creuser… livres.onpk.net
  8. Takemusu Aiki de Morihei Ueshiba et Hideo Takahashi
    « L'aïkido, c'est le travail du Roi Dragon Ame-no-murakumo-kukisamuhara. » Je n’avais pas encore compris à quel point l’aïkido que je pratique depuis un peu plus de 5 ans est le fruit d’une âme touchée par la grâce, imprégné de mysticisme syncrétique. Et pourtant je suis bien sur ce chemin de « l’agir-vide ». Une chemin pour le corps, ni pour l’intellect, ni pour la volonté. Le cours de reprise après des vacances révèle lui aussi cet évidence : le corps a tôt fait de crier ses difficultés par des courbatures bien senties. « L'aïkido est le principe de la lignée unique des dix mille générations de l’univers. » livres.onpk.net

Takahe: un autre serveur ActivityPub, en plus de Mastodon, Pleroma et Biqlu

lundi 21 novembre 2022 :: perrick :: PHP :: aucun commentaire :: aucun trackback
When I decided to properly start using the Fediverse via my own Mastodon server, I knew it was probably inevitable that I would end up writing my own server - and, well, here we are!

Visiblement il va y avoir du sport : entre le serveur Mastodon que l'équipe de No Parking refuse d'installer et Pleroma qui aurait sa préférence, je ne suis pas le seul à être en train d'apprendre à gérer un serveur ActivityPub. Il y aura donc Takahe par Andrew Godwin. Reste à trouver d'autres personnes qui se lancent dans ce type de projet pour débusquer au passage les trous noirs de spécification. Car même si le W3C a fait du bon boulot, après 2 jours d'exploration et de bidouillage, je sens déjà qu'il y a des trous dans la raquette (à commencer par toute la partie authentification et sécurisation des messages échangés). Mais je dois bien l'avouer, je m'éclate bien dans ce projet. Tellement que je suis allé jusqu'à m'acheter un nom de domaine : Biqlu.com sera mon petit vélo sur la route de ce protocole récent.

Maison & Objet 2022, note VII : le barbecue serait-il politique ?

lundi 31 octobre 2022 :: perrick :: Espace urbain :: aucun commentaire :: aucun trackback
Il faut changer de mentalité pour que manger une entrecôte cuite sur un barbecue ne soit plus un symbole de virilité.

La phrase choc de Sandrine Rousseau avait lancé une polémique à la fin de l'été 2022. Il faut dire que les marques de l'univers de la viande sur braise ne se privent d'appuyer bien grassement sur les clichés.

L'univers du barbecue au Salon Maison & Objet
L'univers du barbecue au Salon Maison & Objet
L'univers du barbecue au Salon Maison & Objet

Je pensais avoir fait le tour de la question, et donner raison à cette élue EELV via cette mini-étude ethnographique.

Jusqu'à être mis en défaut par les curateurs du Salon Maison & Objet. Derrière de jolis rideaux blancs, ils avaient décidés de mettre en avant une marque française : Aluvy et ses barbecues & plancha, au gaz ou au charbon. Un pari design et made in France pour une équipe de spécialistes de la fonderie d’aluminium.

L'univers du barbecue au Salon Maison & Objet
L'univers du barbecue au Salon Maison & Objet

C'est léger et coloré. Ça ne rouille pas et c'est fémino-compatible. De quoi participer à l'apaisement de la France ?

Maison & Objet 2022, note VI : en vrac, signaux faibles en attente de tendance

dimanche 30 octobre 2022 :: perrick :: Espace urbain :: aucun commentaire :: aucun trackback

Signal faible pour moi, probablement beaucoup moins pour les réguliers du salon, il y a au moins un stand qui fabrique du faux vintage. Luge ou ski en bois, en veux-tu ? En voilà !

Signaux faibles du Salon Maison & Objet

Bien sûr il y a aussi du faux qui s'affiche en tant que tel...

Signaux faibles du Salon Maison & Objet
Signaux faibles du Salon Maison & Objet

Mais là, c'est du faux pour la bonne cause : c'est vegan.

Signaux faibles du Salon Maison & Objet
Signaux faibles du Salon Maison & Objet
Signaux faibles du Salon Maison & Objet

Même si j'ai du mal à comprendre comment un céramique peut ne pas être vegan, il faut croire que ça fait vendre. D'autres arguments semblent plus prometteurs, il va (peut-être) faire froid cet hiver. La bouillote en profite pour muter.

Signaux faibles du Salon Maison & Objet

Et le cycliste pour s'équiper.

Signaux faibles du Salon Maison & Objet

La révolution sexuelle s'affirme chez les chaussettes et les entrepreneuses.

Signaux faibles du Salon Maison & Objet
Signaux faibles du Salon Maison & Objet

Et la révolution industrielle semble loin. Si certains s'engagent pour sauvegarder l'existant, d'autres font des paris audacieux sur l'avenir.

Signaux faibles du Salon Maison & Objet
Signaux faibles du Salon Maison & Objet

Maison & Objet 2022, note V : des aspirations durables, écologiques, compostables ou frugales

lundi 3 octobre 2022 :: perrick :: Espace urbain :: aucun commentaire :: aucun trackback

Les halls "Cuisine" et "Jouets" ont une longueur d'avance en matière de développement durable : presque tous les stands affichent une politique verte, zéro déchet, biologique, recyclable, etc... Bien sûr il est difficile d'aller au delà de l'affichage et probablement qu'il y a un peu de green washing de la part de certains exposants.

Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet

Ces efforts sont aussi visibles côté "Cadeaux" et "Mode" : pas encore sur les grands stands en début de hall, mais au moins vers les petits créateurs et leurs petits stands en fond d'allées.

Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet

Dans le hall "Linge de maison", on trouve peu d'engagements au delà d'un "coton biologique" ici ou là. Peut-être qu'il est tout simplement très difficile de s'appuyer sur une matière première aussi difficile à produire : quand il faut beaucoup d'eau et beaucoup de soleil, notre Terre fournit peu de possibilités. Ainsi l’Inde, la Chine, les Etats-Unis et le Brésil représentent à eux seuls les trois quarts de la production mondiale. Et les incidents climatiques chez les uns et les autres ne nous amènent pas forcément à une grande sérénité...

Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet

Sauf que c'est bien au sein du hall "Déco & Mobilier" qu'on trouve les excès les plus notables. Que pourrait-il y avoir de plus bling-bling qu'une voiture de luxe affublée d'une carrosserie panthère ? Surtout si c'est pour marquer le manque d'engagement de toute cette filière.

Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet

Maison & Objet 2022, note IV : des terroirs industrielles et des français

vendredi 23 septembre 2022 :: perrick :: Espace urbain :: aucun commentaire :: aucun trackback

Autre petite spécificité des stands français au salon Maison & Objet, l'hyperprécision géographique. Visiblement la référence aux terroirs qui a fait la réputation de nos vins et autres fromages se déclinent désormais sur une ribambelle de cartes. Sans savoir s'il y a un intérêt à cette forme de "transparence" au delà de nos frontières, elle demeure un prétexte original pour une série de clichés qui sentent bon les clochers.

Une carte de la France industrielle au Salon Maison & Objet
Une carte de la France industrielle au Salon Maison & Objet
Une carte de la France industrielle au Salon Maison & Objet
Une carte de la France industrielle au Salon Maison & Objet
Une carte de la France industrielle au Salon Maison & Objet
Une carte de la France industrielle au Salon Maison & Objet
Une carte de la France industrielle au Salon Maison & Objet

Une tendance qui semble échapper aux exposants au nord de la Seine. Je n'ai trouvé aucune carte qui ose présenter Halluin, Roubaix, Armentières, Lille, Seclin ou Saint-André-lez-Lille. Alors même que j'ai eu l'occasion de parler avec au moins un entrepreneur ou une entrepreneuse de chacune de ces villes du Nord.

Maison & Objet 2022, note III : des marques et des français

lundi 19 septembre 2022 :: perrick :: Espace urbain :: aucun commentaire :: aucun trackback

Le salon Maison & Objet accueille beaucoup de clients étrangers. Et certaines marques françaises ont des stratégies plus ou moins particulières pour les attirer... Ou les repousser d'ailleurs : j'ai été surpris du nombre de stands qui ne veulent pas travailler avec le grand export. Les raisons allant du hyper-écolo on privilégie la vente en circuit-court au bêtement logistique on ne sait pas livrer nos produits au Japon.

Pour commener la marque qui fait un jeu de mot, incompréhensible quand on ne parle pas la langue de Molière mais assez courte pour passer quand même à l'international.

Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet

Ensuite on peut bien sûr allonger l'expression, même si elle sera vite incompréhensible pour les non-francophones...

Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet

Il y a aussi le choix de basculer vers une marque qui décrit purement et simplement - in french.

Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet

Et puis la marque phrase poétique. Peut-être les plus compliquées à exporter, aussi douces ou évocatrices soient-elles pour un public francophone.

Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet

Enfin il reste cette manie de l'hyper français-franchouillard qui visiblement n'est pas encore passé de mode...

Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet

Maison & Objet 2022, note II : le cas de la péninsule ibérique

vendredi 16 septembre 2022 :: perrick :: Espace urbain :: aucun commentaire :: aucun trackback

Si les pays lointains passent souvent par un stand national pour mettre leurs enterprises en avant, les pays européens sont bien sûr en ordre dispersé. Chaque entreprise prenant un stand en solo. Les français sont forcément bien présents (on y reviendra) mais deux pays sortent du lot : l'Espagne et le Portugal. Et pour des raisons diamétralements opposées.

L'Espagne parce qu'elle est très peu représentée : il y a bien quelques stands épars dans le hall dédié à la mode. Mais invisible ailleurs.

Et pour le Portugal, c'est l'inverse : j'ai vu des stands côté linge de maison, jouets, cuisine, entre autres.

Des Portugais au Salon Maison & Objet
Des Portugais au Salon Maison & Objet
Des Portugais au Salon Maison & Objet
Des Portugais au Salon Maison & Objet

C'est d'autant plus remarquable qu'elle reste le seul pays mise en avant pour la qualité de sa production par les marques françaises et internationales.

Des Portugais au Salon Maison & Objet
Des Portugais au Salon Maison & Objet
Des Portugais au Salon Maison & Objet

Une place qu'elle partage encore - mais dans un moindre mesure - avec l'Italie.

Des Italiens au Salon Maison & Objet

Par contre aucune marque portugaise du côté du hall "Signature" : probablement une question de temps pour un petit pays qui a conservé une base industrielle et qui n'a pas encore de problème d'approvisionnement en énergie. Puisque la France et l'Allemagne bloque tout pipeline gazier entre l'Europe du Nord et la péninsule ibérique, la guerre en Ukraine et le défaut de gaz russe ne les touchent pas directement. Et avec des réserves en soleil et en vent non négligeables, il reste des perspectives.

Ouvrir les yeux à Maison & Objet 2022

jeudi 15 septembre 2022 :: perrick :: Espace urbain :: aucun commentaire :: aucun trackback

J'ai eu l'occasion de visiter pendant quelques jours le grand, très grand, salon Maison & Objet 2022. Il m'aura fallu près d'une demi-journée pour appréhender la démesure de l'évènement : plus de 2000 exposants sur 111 000 m² à travers 7 halls. Les habitués se plaignent évidemment qu'il n'est plus aussi grand qu'avant (on distingue des allées trop larges par endroit et des sections de hall masquées par de longues tentures noires), qu'il n'est plus aussi incontournable (les commandes passent aussi via les intranets de chaque marque). N'empêche que je m'y suis trouvé un jeu : décrypter ce qu'un tel salon raconte comme histoire(s).

La première, c'est que la Corée du Sud était en force : visiblement les différents ministères de Séoul se sont passés le mot pour envoyer à Paris de très belles délégations.

La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet

Mais comme toujours, c'est ce qu'on ne voit pas qui est peut-être le plus intéressant. La Chine était totalement absente. Aucun stand ne portait le drapeau rouge aux cinq étoiles.

Bien sûr le coronavirus est passé par là : les équipes commerciales sont bloquées derrière des confinements plus ou moins réguliers et des conditions draconiennes pour revenir au pays (à commencer par une quarantaine stricte à l'arrivée). Bien sûr il reste les chinoiseries importées par des grossistes. Mais il n'est plus rare de trouver des acheteurs qui ne sont plus allés en Chine depuis 3 ans. Pour négocier sur la qualité ou pour fluidifier les échanges, ils se sont contentés de faire des visios et d'envoyer des emails.

Et cela pourrait devenir tout à fait critique dans certaines PME : pour peu qu'il n'y ait qu'un seul acheteur pour la Chine et qu'il parte à la retraite dans les 2 ou 3 années qui viennent, la direction aurait à faire face à un véritable casse-tête puisqu'un remplaçant ne pourrait même pas visiter les usines ou les bureaux de fournisseurs importants. Évidemment parmi les candidats de moins de 25 ans, aucun ne sera allé en Chine. Évidemment parmi les interlocuteurs chez les fournisseurs, plus de la moitié aura changé d'employeur.

Pendant ce temps, les autres pays exposent.

Le Maroc au Salon Maison & Objet
Vienne au Salon Maison & Objet
La Lettonie au Salon Maison & Objet
La Thailande au Salon Maison & Objet
La Thailande au Salon Maison & Objet
La Thailande au Salon Maison & Objet
Le Danemark au Salon Maison & Objet
Le Danemark au Salon Maison & Objet
Le Brésil au Salon Maison & Objet

Tandis que Honk-Kong et Taïwan se montrent.

Une marque de Hong-Kong au Salon Maison & Objet
Une marque de Hong-Kong au Salon Maison & Objet
Taïwan au Salon Maison & Objet

Ma voiture en location via Citiz

lundi 30 mai 2022 :: perrick :: Ecologie :: aucun commentaire :: aucun trackback

Ma voiture personnelle est en location depuis mars 2022 via la coopérative Citiz. Et si j'en parle ici, c'est que le canard municipale de Lambersart en a fait une pleine page dans sa dernière édition...

Une pleine page pour ma voiture

En espérant que vous aurez l'occasion de l'utiliser plutôt de la laisser sous les platanes...