Huit bouquins lus, la trentième-deuxième vague

vendredi 25 novembre 2022 :: perrick :: Livres :: aucun commentaire :: aucun trackback
  1. The Toyota Way of Dantotsu Radical Quality Improvement de Sadao Nomura
    La recette de la qualité est assez simple :
    1. mesurer les défauts aux différentes étapes de la production
    2. se fixer des objectifs pour les diminuer
    3. mettre en place un tableau pour suivre les écarts entres le poins 1. et 2.
    4. faire ce qu’il faut pour que ça converge
    Cette quatrième étape est la plus mystérieuse : elle dépend tellement du contexte, à la fois managériale, technique et financier, qu’on a tôt fait de la survoler. La magie du Lean (surtout quand il est poussé à l’extrême, ce que Dantotsu implique) tient dans la poursuite de l’effort. Tout le monde est capable de donner un coup de collier pour un instant. Mais pour tenir dans le temps, la ténacité - et le plaisir - dans les routines est indispensable. Sadao Nomura partage quelques recettes qu’il a utilisé chez Toyota Logistics & Forklift : planning des visites préparé bien à l’avance, formations dispensées régulièrement, asaichi (réunion du matin) précoce pour les réclamations, etc. Une lecture technique stimulante mais réservée aux praticiens confirmés ou industriels. livres.onpk.net
  2. Où sont-elles de Emmanuel Todd
    Que la place des femmes ait profondément changé depuis un siècle, difficile de le contester. Du droit de vote à l’avortement, plusieurs générations de féministes ont fait bouger des lignes. Mais dans cet ouvrage, Emmanuel Todd montre aussi que les dépassement éducatif a déjà eu lieu, et il y a fort longtemps : en 1968 déjà, il y avait plus de bachelières que de bacheliers. En 2018, « pour trouver un tranche d’âge dans laquelle plus d’hommes que de femmes avaient fait des études supérieures longues il faut remonter aux 55-64 ans, avec 14,5% d’hommes et 12,1 de femmes ». Autrement dit, en 2022, nous ne sommes plus très loin d’une majorité de femmes dans toutes les tranches d’âge en activités. Et de fait, j’ai dans mon entourage un nombre conséquent de couples où Madame a fait plus d’études que Monsieur, et régulièrement c’est Madame qui gagne le plus. Ce constat de départ - peu relayé dans nos médias et finalement invisible - ouvre des perspectives à contre-courant sur les questions d’homophobie, de désindustrialisation, de bisexualité : le XXIe siècle ne serait-il pas déjà féminin ? livres.onpk.net
  3. La logique floue de Bernadette Bouchon-Meunier
    J’étais ressorti emballé d’une conférence de Zyed Zalila sur l’intérêt de la logique floue dans le cadre d’une « intelligence artificielle de confiance ». Mes années de mathématiques sont bien loin mais la perspective d’y goûter un peu m’a conduit jusqu’à l’exploration de ce Que sais-je. Et si j’avais oublié qu’un livre de maths ne peut se lire qu’avec un papier et un crayon, je souhaite longue vie à celles et ceux qui réussissent à appliquer ces techniques dans leur quotidien : la promesse de résoudre tous les problèmes dans lesquels on dispose de connaissances imprécises, vagues, soumises à des incertitudes de nature non probabiliste est bigrement alléchante. livres.onpk.net
  4. Welcome problems, find success de Kiyoshi "Nate" Furuta
    Rechercher activement les problèmes est peut-être la phase la plus déstabilisante d’une démarche Lean. Entre la peur du messager et la hantise de la vulnérabilité, les écueils sont nombreux. Il s’agit pourtant de la phase initiale, le fameux Find de la Stratégie Lean. Ki yoshi "Nate" Furuta a travaillé pour Toyota aussi bien aux Etats-Unis qu’en Europe, donc loin des bases japonaises pétries de kaizen depuis des dizaines d’années : il propose dans cet ouvrage un témoignage éclairant sur l’accueil des problèmes. D’abord parce qu’il ne vient pas des équipes industrielles ou de production : son service initiale est la Direction des Ressources Humaines, une fonction qu’on n’évoque que rarement dans la littérature Lean et qui est pourtant cruciale quand on souhaite développer les gens. Ensuite parce qu’il évoque aussi (et peut-être surtout) ses propres problèmes, nous permettant ainsi de le suivre dans ses explorations de résolution : « no problem, no kaizen ». livres.onpk.net
  5. Âme brisée de Akira Mizubayashi
    Voyager dans le temps et l’espace grâce à la musique : quel beau programme pour ce petit roman tout en délicatesse. Une très belle histoire où la beauté de la langue apaise des destins troublés, où musique, instrument et luthier s’unissent pour faire vivre la poésie. livres.onpk.net
  6. Gabriële de Anne et Claire Berest
    Les autrices font remonter à la surface une femme libre et indépendante, muse d’une époque (celle de l’avant-garde et des Années Folles) et femme d’une peintre (Picabia). Avec beaucoup de grâce et de méticulosité, on est plongé dans ce Paris des paillettes et de la quête irrésistible du renouveau artistique où se mêlent tant de grands noms (Picasso, Appolinaire, Duchamp, etc.). Mais c’est aussi une arrière-grand-mère qui se cache derrière ce prénom : le récit s’installe en fin de chapitre dans l’intime et le personnel et offre un point de vue décalé sur cette vie hétérodoxe, entre pudeur et détachement. Un joli contraste avec le magnétisme évident de l’aïeule. livres.onpk.net
  7. Raise the bar de Michael Ballé, Nicolas Chartier, Guillaume Paoli et Regis Medina
    Lancée en fanfare à 19,30 euros, l’action d’Aramis Auto perd peu à peu du terrain depuis (4,68 euros au25/11/2022) : entre temps il y a eu la crise du Covid, celle des semi-conducteurs et celle de l’énergie. Une période difficile pour toute l’industrie automobile. Il n’en reste pas moins que la croissance jusqu’à l’IPO a été significative et désormais cette histoire entrepreneuriale se retrouve dans un livre. Véritable collection de découvertes et d’inspirations, des retours en arrière et d’idées fausses, de percées éblouissantes et de brèches laborieuses, il se distille à chaque relecture. J’ai retenu en particulier l’utilisation des OKR. Chez Google (leur inventeur), ces « Objectives & Key Results » permettent de définir des objectifs ambitieux et de suivre les progrès. Chez Aramis Auto, ils étaient devenus un moyen de commenter les hauts et les bas et d’entendre périodiquement « on fera mieux la prochaine fois » ou « il faut travailler plus dur ». Il reviendra au sensei de rendre visible le processus pour révéler les problèmes et à l’équipe de traiter chaque écart entre la vraie vie ™ et le résultat promis par ce même processus. Découvrant au passage les points de connaissance qui marquent un processus maitrisé. Là où la moyenne (ou la tête de Pareto avec ses fameux 80/20) masque les points durs, le pièce à pièce implique de se donner les moyen de creuser… livres.onpk.net
  8. Takemusu Aiki de Morihei Ueshiba et Hideo Takahashi
    « L'aïkido, c'est le travail du Roi Dragon Ame-no-murakumo-kukisamuhara. » Je n’avais pas encore compris à quel point l’aïkido que je pratique depuis un peu plus de 5 ans est le fruit d’une âme touchée par la grâce, imprégné de mysticisme syncrétique. Et pourtant je suis bien sur ce chemin de « l’agir-vide ». Une chemin pour le corps, ni pour l’intellect, ni pour la volonté. Le cours de reprise après des vacances révèle lui aussi cet évidence : le corps a tôt fait de crier ses difficultés par des courbatures bien senties. « L'aïkido est le principe de la lignée unique des dix mille générations de l’univers. » livres.onpk.net

Takahe: un autre serveur ActivityPub, en plus de Mastodon, Pleroma et Biqlu

lundi 21 novembre 2022 :: perrick :: PHP :: aucun commentaire :: aucun trackback
When I decided to properly start using the Fediverse via my own Mastodon server, I knew it was probably inevitable that I would end up writing my own server - and, well, here we are!

Visiblement il va y avoir du sport : entre le serveur Mastodon que l'équipe de No Parking refuse d'installer et Pleroma qui aurait sa préférence, je ne suis pas le seul à être en train d'apprendre à gérer un serveur ActivityPub. Il y aura donc Takahe par Andrew Godwin. Reste à trouver d'autres personnes qui se lancent dans ce type de projet pour débusquer au passage les trous noirs de spécification. Car même si le W3C a fait du bon boulot, après 2 jours d'exploration et de bidouillage, je sens déjà qu'il y a des trous dans la raquette (à commencer par toute la partie authentification et sécurisation des messages échangés). Mais je dois bien l'avouer, je m'éclate bien dans ce projet. Tellement que je suis allé jusqu'à m'acheter un nom de domaine : Biqlu.com sera mon petit vélo sur la route de ce protocole récent.

Maison & Objet 2022, note VII : le barbecue serait-il politique ?

lundi 31 octobre 2022 :: perrick :: Espace urbain :: aucun commentaire :: aucun trackback
Il faut changer de mentalité pour que manger une entrecôte cuite sur un barbecue ne soit plus un symbole de virilité.

La phrase choc de Sandrine Rousseau avait lancé une polémique à la fin de l'été 2022. Il faut dire que les marques de l'univers de la viande sur braise ne se privent d'appuyer bien grassement sur les clichés.

L'univers du barbecue au Salon Maison & Objet
L'univers du barbecue au Salon Maison & Objet
L'univers du barbecue au Salon Maison & Objet

Je pensais avoir fait le tour de la question, et donner raison à cette élue EELV via cette mini-étude ethnographique.

Jusqu'à être mis en défaut par les curateurs du du Salon Maison & Objet. Derrière de jolis rideaux blancs, ils avaient décidés de mettre en avant une marque française : Aluvy et ses barbecues & plancha, au gaz ou au charbon. Un pari design et made in France pour une équipe de spécialistes de la fonderie d’aluminium.

L'univers du barbecue au Salon Maison & Objet
L'univers du barbecue au Salon Maison & Objet

C'est léger et coloré. Ça ne rouille pas et c'est fémino-compatible. De quoi participer à l'apaisement de la France ?

Maison & Objet 2022, note VI : en vrac, signaux faibles en attente de tendance

dimanche 30 octobre 2022 :: perrick :: Espace urbain :: aucun commentaire :: aucun trackback

Signal faible pour moi, probablement beaucoup moins pour les réguliers du salon, il y a au moins un stand qui fabrique du faux vintage. Luge ou ski en bois, en veux-tu ? En voilà !

Signaux faibles du Salon Maison & Objet

Bien sûr il y a aussi du faux qui s'affiche en tant que tel...

Signaux faibles du Salon Maison & Objet
Signaux faibles du Salon Maison & Objet

Mais là, c'est du faux pour la bonne cause : c'est vegan.

Signaux faibles du Salon Maison & Objet
Signaux faibles du Salon Maison & Objet
Signaux faibles du Salon Maison & Objet

Même si j'ai du mal à comprendre comment un céramique peut ne pas être vegan, il faut croire que ça fait vendre. D'autres arguments semblent plus prometteurs, il va (peut-être) faire froid cet hiver. La bouillote en profite pour muter.

Signaux faibles du Salon Maison & Objet

Et le cycliste pour s'équiper.

Signaux faibles du Salon Maison & Objet

La révolution sexuelle s'affirme chez les chaussettes et les entrepreneuses.

Signaux faibles du Salon Maison & Objet
Signaux faibles du Salon Maison & Objet

Et la révolution industrielle semble loin. Si certains s'engagent pour sauvegarder l'existant, d'autres font des paris audacieux sur l'avenir.

Signaux faibles du Salon Maison & Objet
Signaux faibles du Salon Maison & Objet

Maison & Objet 2022, note V : des aspirations durables, écologiques, compostables ou frugales

lundi 3 octobre 2022 :: perrick :: Espace urbain :: aucun commentaire :: aucun trackback

Les halls "Cuisine" et "Jouets" ont une longueur d'avance en matière de développement durable : presque tous les stands affichent une politique verte, zéro déchet, biologique, recyclable, etc... Bien sûr il est difficile d'aller au delà de l'affichage et probablement qu'il y a un peu de green washing de la part de certains exposants.

Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet

Ces efforts sont aussi visibles côté "Cadeaux" et "Mode" : pas encore sur les grands stands en début de hall, mais au moins vers les petits créateurs et leurs petits stands en fond d'allées.

Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet

Dans le hall "Linge de maison", on trouve peu d'engagements au delà d'un "coton biologique" ici ou là. Peut-être qu'il est tout simplement très difficile de s'appuyer sur une matière première aussi difficile à produire : quand il faut beaucoup d'eau et beaucoup de soleil, notre Terre fournit peu de possibilités. Ainsi l’Inde, la Chine, les Etats-Unis et le Brésil représentent à eux seuls les trois quarts de la production mondiale. Et les incidents climatiques chez les uns et les autres ne nous amènent pas forcément à une grande sérénité...

Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet

Sauf que c'est bien au sein du hall "Déco & Mobilier" qu'on trouve les excès les plus notables. Que pourrait-il y avoir de plus bling-bling qu'une voiture de luxe affublée d'une carrosserie panthère ? Surtout si c'est pour marquer le manque d'engagement de toute cette filière.

Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet
Des objets durables, écologiques, compostables ou frugales au Salon Maison & Objet

Maison & Objet 2022, note IV : des terroirs industrielles et des français

vendredi 23 septembre 2022 :: perrick :: Espace urbain :: aucun commentaire :: aucun trackback

Autre petite spécificité des stands français au salon Maison & Objet, l'hyperprécision géographique. Visiblement la référence aux terroirs qui a fait la réputation de nos vins et autres fromages se déclinent désormais sur une ribambelle de cartes. Sans savoir s'il y a un intérêt à cette forme de "transparence" au delà de nos frontières, elle demeure un prétexte original pour une série de clichés qui sentent bon les clochers.

Une carte de la France industrielle au Salon Maison & Objet
Une carte de la France industrielle au Salon Maison & Objet
Une carte de la France industrielle au Salon Maison & Objet
Une carte de la France industrielle au Salon Maison & Objet
Une carte de la France industrielle au Salon Maison & Objet
Une carte de la France industrielle au Salon Maison & Objet
Une carte de la France industrielle au Salon Maison & Objet

Une tendance qui semble échapper aux exposants au nord de la Seine. Je n'ai trouvé aucune carte qui ose présenter Halluin, Roubaix, Armentières, Lille, Seclin ou Saint-André-lez-Lille. Alors même que j'ai eu l'occasion de parler avec au moins un entrepreneur ou une entrepreneuse de chacune de ces villes du Nord.

Maison & Objet 2022, note III : des marques et des français

lundi 19 septembre 2022 :: perrick :: Espace urbain :: aucun commentaire :: aucun trackback

Le salon Maison & Objet accueille beaucoup de clients étrangers. Et certaines marques françaises ont des stratégies plus ou moins particulières pour les attirer... Ou les repousser d'ailleurs : j'ai été surpris du nombre de stands qui ne veulent pas travailler avec le grand export. Les raisons allant du hyper-écolo on privilégie la vente en circuit-court au bêtement logistique on ne sait pas livrer nos produits au Japon.

Pour commener la marque qui fait un jeu de mot, incompréhensible quand on ne parle pas la langue de Molière mais assez courte pour passer quand même à l'international.

Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet

Ensuite on peut bien sûr allonger l'expression, même si elle sera vite incompréhensible pour les non-francophones...

Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet

Il y a aussi le choix de basculer vers une marque qui décrit purement et simplement - in french.

Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet

Et puis la marque phrase poétique. Peut-être les plus compliquées à exporter, aussi douces ou évocatrices soient-elles pour un public francophone.

Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet

Enfin il reste cette manie de l'hyper français-franchouillard qui visiblement n'est pas encore passé de mode...

Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet
Une marque française au Salon Maison & Objet

Maison & Objet 2022, note II : le cas de la péninsule ibérique

vendredi 16 septembre 2022 :: perrick :: Espace urbain :: aucun commentaire :: aucun trackback

Si les pays lointains passent souvent par un stand national pour mettre leurs enterprises en avant, les pays européens sont bien sûr en ordre dispersé. Chaque entreprise prenant un stand en solo. Les français sont forcément bien présents (on y reviendra) mais deux pays sortent du lot : l'Espagne et le Portugal. Et pour des raisons diamétralements opposées.

L'Espagne parce qu'elle est très peu représentée : il y a bien quelques stands épars dans le hall dédié à la mode. Mais invisible ailleurs.

Et pour le Portugal, c'est l'inverse : j'ai vu des stands côté linge de maison, jouets, cuisine, entre autres.

Des Portugais au Salon Maison & Objet
Des Portugais au Salon Maison & Objet
Des Portugais au Salon Maison & Objet
Des Portugais au Salon Maison & Objet

C'est d'autant plus remarquable qu'elle reste le seul pays mise en avant pour la qualité de sa production par les marques françaises et internationales.

Des Portugais au Salon Maison & Objet
Des Portugais au Salon Maison & Objet
Des Portugais au Salon Maison & Objet

Une place qu'elle partage encore - mais dans un moindre mesure - avec l'Italie.

Des Italiens au Salon Maison & Objet

Par contre aucune marque portugaise du côté du hall "Signature" : probablement une question de temps pour un petit pays qui a conservé une base industrielle et qui n'a pas encore de problème d'approvisionnement en énergie. Puisque la France et l'Allemagne bloque tout pipeline gazier entre l'Europe du Nord et la péninsule ibérique, la guerre en Ukraine et le défaut de gaz russe ne les touchent pas directement. Et avec des réserves en soleil et en vent non négligeables, il reste des perspectives.

Ouvrir les yeux à Maison & Objet 2022

jeudi 15 septembre 2022 :: perrick :: Espace urbain :: aucun commentaire :: aucun trackback

J'ai eu l'occasion de visiter pendant quelques jours le grand, très grand, salon Maison & Objet 2022. Il m'aura fallu près d'une demi-journée pour appréhender la démesure de l'évènement : plus de 2000 exposants sur 111 000 m² à travers 7 halls. Les habitués se plaignent évidemment qu'il n'est plus aussi grand qu'avant (on distingue des allées trop larges par endroit et des sections de hall masquées par de longues tentures noires), qu'il n'est plus aussi incontournable (les commandes passent aussi via les intranets de chaque marque). N'empêche que je m'y suis trouvé un jeu : décrypter ce qu'un tel salon raconte comme histoire(s).

La première, c'est que la Corée du Sud était en force : visiblement les différents ministères de Séoul se sont passés le mot pour envoyer à Paris de très belles délégations.

La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet
La Corée du Sud au Salon Maison & Objet

Mais comme toujours, c'est ce qu'on ne voit pas qui est peut-être le plus intéressant. La Chine était totalement absente. Aucun stand ne portait le drapeau rouge aux cinq étoiles.

Bien sûr le coronavirus est passé par là : les équipes commerciales sont bloquées derrière des confinements plus ou moins réguliers et des conditions draconiennes pour revenir au pays (à commencer par une quarantaine stricte à l'arrivée). Bien sûr il reste les chinoiseries importées par des grossistes. Mais il n'est plus rare de trouver des acheteurs qui ne sont plus allés en Chine depuis 3 ans. Pour négocier sur la qualité ou pour fluidifier les échanges, ils se sont contentés de faire des visios et d'envoyer des emails.

Et cela pourrait devenir tout à fait critique dans certaines PME : pour peu qu'il n'y ait qu'un seul acheteur pour la Chine et qu'il parte à la retraite dans les 2 ou 3 années qui viennent, la direction aurait à faire face à un véritable casse-tête puisqu'un remplaçant ne pourrait même pas visiter les usines ou les bureaux de fournisseurs importants. Évidemment parmi les candidats de moins de 25 ans, aucun ne sera allé en Chine. Évidemment parmi les interlocuteurs chez les fournisseurs, plus de la moitié aura changé d'employeur.

Pendant ce temps, les autres pays exposent.

Le Maroc au Salon Maison & Objet
Vienne au Salon Maison & Objet
La Lettonie au Salon Maison & Objet
La Thailande au Salon Maison & Objet
La Thailande au Salon Maison & Objet
La Thailande au Salon Maison & Objet
Le Danemark au Salon Maison & Objet
Le Danemark au Salon Maison & Objet
Le Brésil au Salon Maison & Objet

Tandis que Honk-Kong et Taïwan se montrent.

Une marque de Hong-Kong au Salon Maison & Objet
Une marque de Hong-Kong au Salon Maison & Objet
Taïwan au Salon Maison & Objet

Ma voiture en location via Citiz

lundi 30 mai 2022 :: perrick :: Ecologie :: aucun commentaire :: aucun trackback

Ma voiture personnelle est en location depuis mars 2022 via la coopérative Citiz. Et si j'en parle ici, c'est que le canard municipale de Lambersart en a fait une pleine page dans sa dernière édition...

Une pleine page pour ma voiture

En espérant que vous aurez l'occasion de l'utiliser plutôt de la laisser sous les platanes...

Revenir à Londres en 2022

lundi 11 avril 2022 :: perrick :: Espace urbain :: aucun commentaire :: aucun trackback

Je remets les pieds à Londres, après un paquet d'années.

Londres en 2022
Londres en 2022
Londres en 2022

Il y a certains personnages londoniens qui semblent immuables : l'écureuil, le héron et le robinet mélangeur sont de ceux-là. On les retrouvera à chaque séjour, capables de perdurer dans le temps, parfois allant jusqu'à se défaire de congénères (qui le roux, qui le mitigeur).

Londres en 2022
Londres en 2022
Londres en 2022
Londres en 2022

Et puis il y a les petits nouveaux que je décèle lors de promenades et de visites. Même quand ils marquent le passage d'un temps.

Mais où sont passées les affiches électorales ?

dimanche 3 avril 2022 :: perrick :: Espace urbain :: aucun commentaire :: aucun trackback

Les élections présidentielles sont prévues pour le week-end prochain. Depuis plus d'une semaine, les panneaux électoraux ont été installés par toutes les mairies de France. Et pourtant le nombre de candidats avec une affiche est ridiculement faible.

Des panneaux électoraux quasi-vides
Des panneaux électoraux quasi-vides
Des panneaux électoraux quasi-vides
Des panneaux électoraux quasi-vides
Des panneaux électoraux quasi-vides
Des panneaux électoraux quasi-vides
Des panneaux électoraux quasi-vides
Des panneaux électoraux quasi-vides
Des panneaux électoraux quasi-vides
Des panneaux électoraux quasi-vides
Des panneaux électoraux quasi-vides
Des panneaux électoraux quasi-vides
Des panneaux électoraux quasi-vides
Des panneaux électoraux quasi-vides

Autour de moi, aucun candidat n'a encore réussi à couvrir les panneaux de Lambersart, Marquette, Lomme et Saint-André. Et certains, à commencer par le président sortant n'a même pas une affiche visible.

J'imagine que tous attendent que leur prestataire - probablement un monopole de fait - fasse le boulot à la place des militants de base. À moins que les états-majors aient sciemment délaissés les territoires, se concentrant sur une campagne numérique et/ou télévisuelle. N'ayant plus les forces locales qui permettraient de se promener avec la colle, les pinceaux et les affiches.

Huit bouquins lus, la trentième-et-unième vague

lundi 28 mars 2022 :: perrick :: Livres :: aucun commentaire :: aucun trackback
  1. Deep Survival de Laurence Gonzales
    Que se passe-t-il dans la tête et dans le corps des survivants ? Ceux qui survivent à une avalanche ou une chute en montagne, à une avarie en mer ou en vol, ceux qu’on retrouve après des jours perdus en forêt ou bloqués dans les décombres du World Trade Center. Dans un récit digne des mille et une nuit, où s’entremêlent histoire personnelle, récits et compte-rendus scientifiques, Laurence Gonzales insiste sur la prise en compte rapide et radicale de la nouvelle réalité qui s’impose, l’émerveillement face à la beauté environnante, l’obstination dans les routines qui permettent d’avancer, l’attention au besoin du corps (repos, chaleur), la découverte des capacités insoupçonnées et l’attachement intime et profond à des figures personnelles ou familiales (un mari, une épouse, un enfant, un ami). Une lecture captivante, où la limite entre vie et mort est toujours émouvante. livres.onpk.net
  2. The Birth of Lean de Takahiro Fujimoto et Koichi Shimokawa
    Derrière les conversations, parfois plutôt techniques, avec les ingénieurs de Toyota qui ont mis sur pied le TPS (et donc le Lean), on décèle vite le côté très empirique du process, dès les années 1950, entre machines d’occasion et contraintes budgétaires de l’immédiat après-guerre. Un process qui n’a pas encore trouvé son terme quand on sait que les fameux A3 ou l’Obeya sont arrivés bien plus tard. Bien sûr les maximes contre-intuitives bourgeonnent : « il faut doter la ligne à un niveau où elle s’arrête 10% du temps. C’est le seul moyen de rendre les problèmes visibles. » Ou « la sagesse naît des idées des novices. Les vétérans déblatéreront sur ce qui est possible et ce qui ne l’est pas sur la base de leur expérience sur d’un minimum de connaissances. » Mais c’est finalement d’autres aspects du modèle Toyota qui m’interpellent : la pari financier - audacieux et réussi - de construire la première usine dédiée aux voitures personnelles au Japon (ce sera Motomachi) ou celui - moins glorieux - de son dirigeant qui en 1998 ne sait pas encore si une augmentation du CO2 aura un impact sur la température globale, ni même si ce serait une mauvaise chose, alors qu’il est en passe de sortir la fameuse Prius. livres.onpk.net
  3. L’approche Lean pour la transformation digitale d’Yves Caseau
    Une bibliographie extrêmement complète et un CV prestigieux ne font pas toujours un grand livre : dommage qu’il n’y ait pas plus de chair dans ce survol des techniques et des promesses du numérique. livres.onpk.net
  4. Half of a yellow sun de Chimamanda Ngozi Adichie
    Dans un Nigeria qui sort à peine de l’indépendance, deux soeurs quittent le cocon familiale d’un businessman influent. Il faudra la terrible guerre du Biafra (1967-1970) pour que leurs liens se retissent. Accompagnées par une intellectuel, un expatrié anglais et un jeune domestique, elles proposent un portrait vivant et dramatique des Sixties nigériannes : une « vérité émotionnelle » qui claque pour une période historique mal connue. livres.onpk.net
  5. Surviving Survival de Laurence Gonzales
    Après avoir écrit sur la « survie » dans son précédent essai, Laurence Gonzales s’est attelé à la « vie » : ce long moment qui succède à l’accident, au choc et au trauma. En croisant des histoires poignantes avec des déambulations au coeur de la recherche en neuro-science, il nous plonge dans les arcanes de la mémoire humaine, des circuits et courts-circuits qui l’irrigue. Une ode à la résilience et au travail pour se transformer… Et un hommage à ceux qui ont trouvé cette tâche trop difficile. livres.onpk.net
  6. La Cité à travers l’histoire de Lewis Mumford
    Si les inspirations sur la genèse des regroupements humains de la préhistoire ne m’ont pas convaincu, la recherche documentaire à partir de l’ère hellénistique est magistrale. J’ai été particulièrement frappé par la transition baroque : sur la désagrégation de l’ordre médiéval (la fortification des bourgs, la puissance de l’Église, l’indépendance des guildes), émergent les structures de l’ordre : plate monotonie classique entre « rigueur des tracés » et « ordre concerté et formel des jardins et du paysage ». Le pouvoir royal applique ses contraintes sur les éléments bâtis, du Champ de Mars aux larges avenues et autres palais démesurés. La ville y perd déjà son côté organique et la Révolution industrielle ne pourra qu’agrandir ce fossé avec « l’échelle humaine ». livres.onpk.net
  7. Sensei Secrets: Mentoring at Toyota Georgetown de Steven R. Leuschel
    Les grands généraux ont besoin d’une guerre pour émerger : la Révolution française aura été prolifique en la matière, la résistance ukrainienne fera aussi émerger son lot de héros. J’ai l’impression que le Lean a vécu quelque chose de similaire avec les difficultés de Toyota qui ont été nécessaires pour qu’un groupe d’ingénieurs japonais sorte leur entreprise de la quasi-faillite dans les années 1950 et en fasse un n°1 mondial un demi-siècle plus tard. Cette génération de senseis a quitté la scène désormais. Et le titre de l’ouvrage promettait d’en apprécier l’éclat. Malheureusement il s’agit d’un ouvrage très académique et finalement avare en anecdote. Reste que l’accent mis sur la sécurité psychologique est particulièrement prégnant. J’y ai trouvé aussi un passage toute à fait éclairant sur la percolation du TPS à travers les salariés américains en formation au Japon : you don’t learn by somebody telling you what you gonna learn, you learn by going through that experience yourself. livres.onpk.net
  8. Apprendre à apprendre avec le Lean de Michael Ballé, Jacques Chaize, Régis Medina et Anne-Lise Seltzer
    Autant le dire dès le début : je ne m’attendais pas à tenir entre les mains un pamphlet économico-politique. Les auteurs avaient décidé de faire autre chose qu’un énième livre sur le Lean. Quel bonheur de découvrir une vision aussi claire et humaine de que peut (doit ?) être une vie en entreprise. Entre la (les) crise(s) qui s’annonce(nt) et l’impasse du chemin exploitant balisé par des cabinets de conseil jusque dans nos services publics, cet appel à l’intelligence et à l’apprentissage via les outils du Lean mérite qu’on le lise et le relise. Et ceux qui seraient prêts à céder aux sirènes de l’entreprise libérée trouveront des outils et surtout un cadre de pensée pour faire atterrir leur souhait d’apprentissage continue, d’adaptation agile et de proximité terrain dans leurs propres pratiques du quotidien. livres.onpk.net

Fin de huitaine, ouverture de quarantaines

samedi 22 janvier 2022 :: perrick :: Quarantaines :: aucun commentaire :: aucun trackback

La huitaine d’isolement est derrière nous : les filles devraient retourner à l’école lundi. En attendant nous avons déjà reçu via l’Espace Numérique de Travail un PDF à imprimer qui nous invite à récupérer trois auto-tests gratuits en pharmacie : d’autres enfants continuent de déclarer la maladie à l’école.

La mairie de Lambersart avait eu la bonne idée de recruter du personnel pour remplacer les professeurs absents dans ses écoles maternelles et primaires et ainsi offrir aux parents une solution de garde à l’école. Deux semaines plus tard, le maire doit revenir sur son ambition : tout le personnel qui avait été recruté est malade à son tour. L’opération aura duré deux semaines.

Et tandis que Boris Johnson annonce la levée des restrictions au Royaume-Uni, c’est du Danemark que semble poindre le prochain variant. Alors on se raccroche aux branches, en imaginant toucher du bois : on se raconte des histoires et des fables avec d’autres parents et amis. Cela fait du bien au moral.

En créant la rubrique Quarantaine 2020 dans ce blog, j’étais habité d’un sentiment d’urgence : celui de vivre un moment important pour toute une génération. Ce serait notre 39-45 ou notre guerre d’Algérie, avec son lot de bouleversement, d’excitation et de trauma. Qu’il faudrait faire face et qu’il en resterait une cicatrice dans nos chairs.

Depuis j’ai créé Quarantaine 2021. Puis Quarantaine 2022. Et ce soir je fusionne ces trois rubriques sous le terme plus général de Quarantaines avec l’intuition tenace que cette parenthèse n’est pas la dernière. Il y a toutes les raisons de penser que l’hiver 2022-2023 sera rude, quand bien même cette semaine aura été de bien belles vacances finalement.

Petit détour en forêt avant le week-end et ses promeneurs

vendredi 21 janvier 2022 :: perrick :: Quarantaines :: aucun commentaire :: aucun trackback

Pour les deux (futures) ornithologues de la maison, nous avons fait un passage par la Forêt de Phalempin. Côté humain, nous n'y avons croisé qu'un couple promeneur + chien.

Des arbres en majesté

Sous les feuilles, de la vie. Sous chaque trace de pas, deux vers de terre. Arrondissons à 5 vers par enjambé. À raison d'une heure de marche à 3 km/h, cela fait 3000 mètres parcourus. Soient 6000 enjambés. Ce sont donc 30000 vers de terre qui auraient auraient pu nous voir ce matin, s'ils avaient sorti la tête de l'humus. Nous restons perplexes devant la quantité de vers qui se trouvent sur ces 676 hectares. Madeleine : au moins, les vers ne sont pas sur la liste des espèces en danger ici !

Sous nos pas, deux vers de terre
Un arbre qui attend de grandir

C'est plutôt rare de voir un nid de près, à seulement 1,5 mètre du sol : est-ce que quelqu'un pourrait nous aider à identifier l'espèce ?

Un nid
Une mésange

Nous avons entendu des pics. Mais surtout nous nous sommes arrêtés pour les mésanges charbonnières.